ENTENTE ST MAURICE YSSINGEAUX : site officiel du club de foot de YSSINGEAUX - footeo

Dossier : Le bénévolat et le foot amateur

31 mai 2014 - 14:17

Enquête de l'équipe d'administration du site sur le bénévolat et le foot amateur

Dossier : Bénévolat et foot amateur

 

Le premier dossier d’investigation du site se penche sur un problème épineux et qui touche bien plus que notre club. L’équipe du site vous propose de vous plonger dans une compilation d’article, de rapport et d’informations présentent sur la toile, pour découvrir ensemble l’état des lieux du bénévolat dans le foot amateur français.

 Véritable socle du mouvement associatif français, le bénévolat est aujourd’hui en perte de vitesse. A l’image de la société, plus individualiste, les gens donnent moins de leur temps et de façon plus épisodique. Alors se pose la question de la gestion des structures associatives et notamment des clubs de football. Recrutement, valorisation, reconnaissance, les problèmes ne manquent pas. Et pourtant la fédération évalue que plus de 245 000 bénévoles ou licenciés passent leur temps libre dans les 18 000 clubs de football. Mais aujourd’hui, cela ne suffit plus ! Les clubs ont besoin de personnes compétentes, voire spécialisées. Ce dossier propose un état des lieux de ce bénévolat, examine les problèmes mais constate aussi que des solutions existent pour endiguer et répondre à ce phénomène.

« On manque de bénévoles ! », tel un écho, ce cri d’alarme se répand aujourd’hui dans de nombreuses associations. Certes, toutes ne sont pas dans des situations préoccupantes, mais une bonne partie pourrait mieux fonctionner si l’implication du dit bénévole était plus grande. Société de consommation, montée de l’individualisme, les intérêts de chacun ont évolué, d’où une difficulté pour le monde associatif à gérer ses bénévoles. S’investir, occuper son temps libre, apporter ses compétences, « Le bénévolat est la traduction concrète des valeurs de citoyenneté et de philanthropie les plus essentielles dans notre société » a déclaré Jean François Lamour, ancien ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative.

 

" Un bénévolat kleenex "

 

Malheureusement, le constat est clair, on s’engage moins aujourd’hui qu’hier. Une réalité qu’Emmanuel Bayle, professeur des universités, traduit par « un bénévolat kleenex ». Ce qui explique, en partie, que de nombreux bénévoles assument « plusieurs casquettes » au sein de leur club. Secrétaire, éducateur, président... le travail ne manque pas. Mais pour certains, cet engagement quotidien, s’accompagne d’une perte de motivation face au manque de reconnaissance. « Voir les autres consommer du foot ça me pèse » précise ainsi M. Bachon, secrétaire et responsable de l’école de football du FC Barsac Preignac du District Sauternais et Graves. Tracer les lignes, laver les maillots, préparer les sandwichs, accompagner les enfants, les tâches mais aussi les « corvées » sont nombreuses... et les bras se font plus discrets. Et notamment ceux des parents à qui on reproche un manque d’investissement. « Maintenant on joue le rôle de garderie » explique-t-il. Une situation partagée par une grande majorité des dirigeants de clubs.

Mais les parents ne sont pas les seuls responsables, car depuis un bon moment le statut du bénévole pose problème aux institutions, car « la donne a changé ». Pour que les clubs fonctionnent de manière efficace, il faut selon Raymond Fournel, président du district de la Haute-Loire, « pouvoir compter sur des bénévoles disponibles et compétents » Ce qui pose le problème du recrutement mais aussi de l’encadrement.

"Valoriser son travail dans le club"

Certains districts, ont trouvé une parade, en se déplaçant directement dans les clubs pour dispenser les formations. D’autres appliquent le principe de gratuité des stages pour les jeunes. En guise de reconnaissance, le CNOSF a imaginé le carnet de vie du bénévole, un nouvel outil afin que chacun puisse valoriser auprès des institutions, son « travail dans le club ». Aujourd’hui, le bénévolat est la clé de voûte du fonctionnement du sport et du football, en France. Mais au vu des difficultés rencontrées, Il est vital de repenser le statut du bénévole car « Si on enlève le bénévolat, le sport et le football s’écroulent aujourd’hui dès demain »

 

"On est sur du bénévolat « kleenex »

 

Emmanuel Bayle est professeur des universités à l’UFR STAPS de Bourgogne à Dijon. Il nous livre ici son regard d’expert sur les enjeux du bénévolat dans notre société. Un spécialiste qui a notamment écrit « Le guide du management associatif ».

 

Quelle place occupe le bénévolat dans la société d’aujourd’hui ?

Le bénévolat et les formes du bénévolat sont historiques. Elles correspondent à tout mouvement social. Aujourd’hui, l’enquête la plus récente sur le secteur associatif dit grosso modo qu’il y a 12 millions de bénévoles dans le secteur associatif dont 3 millions et demi de bénévoles sportifs comprenant 1 million et demi de dirigeants sportifs. Ce qui donne une idée du poids majeur que représente le bénévolat dans notre société. C’est une force citoyenne, une contribution sociale, culturelle et économique au territoire français en général. Si on enlève le bénévolat, le sport et le football s’écroulent aujourd’hui en France. Il faut être conscient de ces réalités.

Comment se définit le bénévolat ?

Le bénévolat est une façon d’entreprendre. Il s’agit de mettre au service de la société, du football. Par exemple « être bénévole c’est donner de son temps et parfois de son argent aussi. » Beaucoup de gens trouvent un lien social, un sens à leur existence à travers le bénévolat, qu’il soit sportif ou non. Mais le bénévolat ça veut tout dire et rien dire. Le président de la FFF est bénévole comme le parent qui accompagne son enfant au foot le week-end. Il y a des réalités derrière le terme bénévole qui sont très différentes.

« Si on ne veut pas que les gens soient des consommateurs, il faut les éduquer »

C’est à dire ?

C’est un phénomène social qui recouvre des réalités très éclatées. Il y a les bénévoles occasionnels, réguliers, très impliqués et à temps plein. En termes de statut et d’accompagnement, on ne peut pas porter le même regard sur une population aussi hétérogène. C’est une richesse, mais aussi une complexité à gérer.

Aujourd’hui beaucoup d’associations se plaignent du manque de bénévoles... La diversité des loisirs et la société de consommation joue sur le bénévolat car les gens ont moins de temps pour les autres. Il existe aujourd’hui un regard plus individualiste. Le plus dur est de trouver des gens qui ne viennent pas par défaut, mais qui veulent vraiment s’investir afin d’assumer de vraies responsabilités. Aujourd’hui, on est sur du bénévolat « kleenex » qui mérite d’être repensé. Mais le vrai problème c’est que les associations « ne savent pas » gérer les bénévoles, ils n’ont pas les outils. Face à ce cri d’alarme, c’est aux fédérations de prendre ce chantier en main afin de trouver de nouvelles initiatives pour relancer le bénévolat, de faciliter des plans de succession, pour relancer l’implication sur des postes bénévoles majeurs. Si on ne veut pas que les gens soient des consommateurs, il faut les éduquer.

Comment y parvenir ?

Selon les différentes catégories de bénévoles, il y a des modes de gestion qui sont différents à mettre en œuvre. Aujourd’hui, les clubs ou les ligues ont besoin de recruter des bénévoles avec des compétences très spécialisées, avec des profils parfois très ciblés. Finance, marketing, droit, sécurité... Il y a besoin de plus de petites mains, mais aussi de dirigeants qui ont montré leur qualité de leader, de décideur. Il y a une stratégie à mettre en place. Ça veut dire qu’il faut être capable d’aller chercher des dirigeants qui ne viennent pas du monde du football mais qui ont des valeurs associatives qui peuvent profiter au monde du football.

« Pour que la perception du bénévolat change, il faut réaliser, de la part des associations, un triptyque : recruter, manager et valoriser »

Les bénévoles se plaignent souvent du manque de reconnaissance de leur travail. C’est un fait. Les bénévoles ne sont pas valorisés car dans les fédérations sportives la gestion des ressources humaines n’existent pas. Mais depuis cinq ans, il existe des mesures phares pour le bénévole sportif. Il y a un vrai statut aujourd’hui. Et les structures d’accompagnement existent. Parfois elles sont un peu éclatées, parfois elles ne sont pas connues. Historiquement, le ministère des Sports et de la Vie associative est là pour les accompagner. Il y aussi les structures de coordination comme les CRIB (Centre de Ressource et d’Information des Bénévoles). Un des enjeux pour favoriser le bénévolat et le valoriser est de faire travailler en réseau toutes ces structures pour qu’il y ait de vraies coordinations qui se mettent en œuvre.

Comment se présente l’avenir pour les bénévoles ?

La structure de la société est très favorable au bénévolat car, démographiquement, il y a la génération du baby-boom qui arrive à la retraite. Il y aura énormément de gens entre 60 et 70 ans qui auront du temps, des compétences et qui seront dans une phase de restitution de leur vie au profit de la société, du sport. Ce qui veut dire que si on arrive à cadrer le travail de ces gens-là, à leur donner du sens, c’est un formidable potentiel et une chance historique pour l’organisation et le développement du sport en France. Pour les jeunes, il existe une solution, le volontariat associatif, qui est un statut entre le bénévolat et le salariat. Une nouvelle façon de s’investir avec un contrat maximum de deux ans proposés par un club de foot contre une indemnisation qui est de 630 euros non imposables, où le jeune a une couverture sociale, un droit aux congés. C’est une possibilité de donner de son temps sous la forme du volontariat. Pour que la perception du bénévolat change, il faut réaliser, de la part des associations, un triptyque : recruter, manager et valoriser.

Commentaires

Tournoi de pétanque de Noël plus de 2 ans
ESMY vers un nouveau projet => USSL ! plus de 2 ans
MS Football a commenté USSL plus de 2 ans
Site officiel de l'USSL plus de 2 ans
USSL plus de 2 ans
programme du dernier Week-end ! plus de 2 ans
Programme du Weekend ! plus de 2 ans
Fusion ESMY - ASSM plus de 3 ans
3-4
ESMY 2 / Emblavez Vorey 2 plus de 3 ans
ESMY 2 / Emblavez Vorey 2 et ESMY 1 / Saint Yorre Stade : résumés des matchs plus de 3 ans
3-4
ESMY 1 / Saint Yorre Stade plus de 3 ans
10-1
Retournac / ESMY 2 plus de 3 ans
Retournac / ESMY 2 et ESMY 1 / Vichy R.C. 2 : résumés des matchs plus de 3 ans
1-3
ESMY 1 / Vichy R.C. 2 plus de 3 ans
3-0
Mazet Chambon / ESMY 3 plus de 3 ans

PROGRAMME ÉDUCATIF GENERAL

PEF

 

Le Programme Educatif Fédéral se lance à la conquête des territoires dans l'optique de promouvoir une logique d'apprentissage.

 

L'objectif de ce dispositif est de capitaliser sur les vertus éducatives du football par l'intermédiaire d'un outil matériel à destination des éducateurs, dirigeants et licenciés. 


Découvrez comment l'ESMY développe se programme  :  

 

-Lancement du programme 

-La santé

-L'engagement citoyen

-Environnement

-Fair - Play

-Arbitrage & Règles du jeu

-Culture Foot

ECOLE DE FOOT

Vous Pouvez retrouvez toutes ces informations dans l'onglet "Ecole de foot".
Le projet du Club

Les éducateurs

Le planning des séances

U18

U15

U13